Vie oxymorique

 

Vie oxymorique dans Poésie Le-Marginal-Magnifique-Yin-Yang-Vie-oxymorique-vie-de-d%C3%A9bauche-vie-r%C3%A9gl%C3%A9e-300x225

 

Pendant le boulot pas d’autre choix

Que d’être réglé comme une horloge

Pour faire front dignement et subsister

Calculer prévoir s’organiser anticiper

Manger à heures fixes et régulières

Se coucher tôt à minuit max au lit

Se lever à l’aube quand le réveil sonne

En somme mener une vie insipide et monotone

 

Mais quand vient l’heure des vacances

C’est une autre histoire qui redémarre

Avec comme base des horaires de patachon

C’est le moment de faire flamber ses ailes à fond

D’embraser la chandelle par les trois bouts

De tirer sur la corde comme un fou furieux

De saisir le diable par sa putain de queue

De baiser sauvagement la vie par tous les trous

*

Retrouvez tous les nouveaux poèmes du Marginal Magnifique sur un site plus beau, plus fun, plus libre !

 

4 Réponses à “Vie oxymorique”

  1. Laconique dit :

    J’aime beaucoup ce poème qui aurait pu également s’intituler : « Vie cyclothymique ». Mais ne vous y trompez pas : loin de décrire (et avec quel talent !) un cas pathologique et isolé, ce poème traduit l’évolution même de notre société, qui vise à fabriquer des esclaves, au travail comme dans les loisirs. Et plus l’aliénation sera forte au travail, plus il sera difficile d’y échapper pendant le temps libre… Mais je m’égare dans des considérations trop bassement concrètes pour l’espace d’épanouissement et de libre expression que constitue ce blog !

  2. Titus dit :

    Deux vies différentes: boulot et ses contraintes, vacances et relaxation totale avec exagération dans la libération comme pour rattraper le temps perdu. J’aime ton poème pour ta juste et lucide perception du quotidien de beaucoup de personnes et tes termes crus et sans aucune concession qu’il ne faut pas prendre au premier degré expriment avec réalisme et force les deux rythmes de vie.

Laisser un commentaire