Seize ans et déjà reine

 

Seize ans et déjà reine dans Poésie Le-Marginal-Magnifique-seize-ans-et-d%C3%A9j%C3%A0-reine-hypersexualisation-des-jeunes-filles-Lolita-fellation-teens

 

Elle a beau avoir seize ans

Ce n’est plus une enfant

Son regard lascif soutenu dit

Eat my pussy I’m a bitch

Et je suis à peu près sûr

Qu’elle connaît bien le loup

 

Elle a beau avoir seize ans

Ses seins sont ceux d’une maman

Son regard pénétrant soutenu dit

Fuck me hard I’m a bitch

Et je suis à peu près sûr

Qu’elle suce comme une reine

*

Retrouvez tous les nouveaux poèmes du Marginal Magnifique sur un site plus beau, plus fun, plus libre !

3 Réponses à “Seize ans et déjà reine”

  1. Laconique dit :

    La chute est abrupte ! Un poème bien rythmé et cadencé, très évocateur ma foi… L’illustration s’imposait d’elle-même, et c’est toujours un plaisir de se rappeler ces grands moments de cinéphilie. Quand on pense que le film de Kubrick a fait scandale à l’époque, qu’est-ce que cela aurait donné si le public avait eu entre ses mains les oeuvres complètes du Marginal Magnifique !

    • Merci pour ce commentaire.

      Vous savez apprécier ce qui est bon, cher Laconique !

      La chute est propre et dénuée de toute ambiguïté, que voulez-vous, je suis un poète-reporter, je ne fais que de la sociologie, aucune volonté d’être scabreux ou de choquer de ma part : c’est d’actualité l’hypersexualisation des jeunes filles !!!

      Mais faut bien reconnaître quand même qu’aussi marginal soit-il Le Marginal Magnifique reste un homme et comme tout homme il est titillé par la chair fraîche (d’ailleurs ça peut faire un beau syllogisme : tous les hommes sont titillés pas la chair fraîche, Le Marginal Magnifique est un homme, donc Le Marginal Magnifique est titillé par la chair fraîche :-) )

      Je pense que quand la postérité aura entre ses mains l’oeuvre complète du Marginal Magnifique sur papier bible dans la Pléïade, elle s’adonnera soit à l’autodafé soit à l’onanisme…

      Bonne soirée.

      • Laconique dit :

        En tout cas j’observe que vous êtes tout aussi à l’aise avec la prose que dans les vers, et vous devriez diversifier vos modes d’expression pour ne pas laisser perdre toute cette capacité de dire les choses telles qu’elles sont.

Laisser un commentaire