Le fruit de la renommée

 

Le fruit de la renommée dans Poésie Le-Marginal-Magnifique-po%C3%A8me-Le-fruit-de-la-renomm%C3%A9e-sexe-fruit-en-forme-de-cul-de-fesses-Brad-Pitt-Victor-hugo-ma%C3%AEtresse-Juliette-Drouet-importance-de-la-renomm%C3%A9e-pour-niquer-300x203

 

Être renommé donne de la beauté

Si tu n’es pas beau mais friqué

Tu peux t’en sortir faire le boulot

Si tu parades sur l’échafaudage

Autant t’animer sur l’échafaud

Même avec la gueule de Pitt

Tu resteras seul avec ta bite

Tu choperas grand maximum

En te démenant sévèrement

Quelques vilains bibendums

 

Victor Hugo riche célèbre honoré

A trempé son biscuit de romancier

Très souvent et pas que dans l’encrier

Trop long à résumer citons juste

Un constat d’adultère en garçonnière

Avec gamine de vingt ans sa cadette

Le grand poète était gros pas beau

Mais le cochon qu’est-ce qu’il niquait

Et dans sa tombe Juliette Drouet

S’en souvient en tremble encore

*

Retrouvez tous les nouveaux poèmes du Marginal Magnifique sur un site plus beau, plus fun, plus libre !

4 Réponses à “Le fruit de la renommée”

  1. Laconique dit :

    Pour une fois je dois vous exprimer certaines réserves, cher Marginal. La poésie subversive est une entreprise délicate, de haute précision, et menace toujours de verser dans – disons-le – la vulgarité. Peut-être n’avez-vous pas tout à fait évité cet écueil dans ce poème… Le contraste entre les vers grandiloquents de Victor Hugo et ses moeurs débridées prête certes à agacement, mais le génie n’excuse-t-il pas tout ? Qui sait si le grand homme n’a pas découvert, dans le royaume infini de la luxure, certains éclats poétiques qui nous émerveillent encore ?

    • Bonjour, cher Laconique. Ce poème ne pouvait que heurter une nature noble comme la vôtre et je m’y attendais. Il y a en effet quelque chose de profondément rustre en lui, quelque chose qui pourrait même laisser supposer un total manque de finesse et de culture chez son auteur… Vous appelez ce quelque chose « vulgarité » et vous avez sans doute raison. Peut-être faudrait-il davantage parler de « grotesque » dans le sens ou il traite d’un sujet noble de façon vulgaire. Quoi qu’il en soit j’en suis conscient et l’ai voulu ainsi.

      Ce poème s’inscrit dans une démarche de désacralisation systématique et le fait qu’il vous ait gêné au point de monter au créneau pour défendre Hugo prouve que, quelque part, il a atteint son but. Au delà de ça, histoire de faire un peu le malin en donnant un sens à ce qui peut apparaître comme une blague, il se veut un constat simple et amusé d’un fait social : l’argent, le pouvoir, la renommée sont des signes de qualités viriles dans notre société qui ont remplacé la force brute des sociétés primitives. Je prends juste Pitt et Hugo comme exemples en un rapprochement qui ne peut que vous plaire ;-) .

      Puis, hein, ce poème c’est aussi l’occasion de balancer quelques grossièretés, de se lâcher un peu sans brides, de se marrer en somme ;-) .

      A bientôt.

  2. NICOLE OLIVER dit :

    Bonjour,

    on a beau être poète de renom, romancier illustre, génie, on n’en
    demeure pas moins homme .
    A ce propos, Georges Brassens, nous avait concocté, en son temps, une
    croustillante chanson que tu connais certainement, et que tu auras plaisir à écouter à nouveau ; il s’agit de :  » trompettes de la renommée  »

    https://youtu.be/gWRzopyZBSA

    Je t’en souhaite bonne écoute,

    Amicalement

    Coline

    • Bonjour, effectivement on ne peut échapper à sa nature d’homme et je dirais même à sa nature animale. Je connais, comme tu l’as deviné, la chanson de Brassens, d’autant plus que je suis fan du poète… et de l’homme pour le coup.

      Merci pour ton commentaire, mais il faut que tu saches que je ne mets plus à jour ce blog. Je t’invite donc à laisser d’autres commentaires, si le cœur t’en dit, afin de poursuivre cet échange, sur mon nouveau site, plus fun, plus joli, plus cool !

      À bientôt.

Répondre à Le Marginal Magnifique Annuler la réponse.